L'énergie de tous les instants

Le classement énergétique : l'étiquette énergie d'un logement

Maîtriser la consommation énergétique de son logement, c'est maîtriser son budget et préserver l'environnement. Apprenez-en plus !

Maison, appartement, bâtiment tertiaire ou industriel… tous sont à l’origine de consommations énergétiques, parfois très (trop) importantes. Limiter les consommations d’énergie et de ce fait les émissions de particules nocives dans l’atmosphère est indispensable pour répondre aux objectifs de la stratégie nationale bas carbone en France, mais aussi, tout simplement, pour maîtriser son budget tout en préservant l’environnement. Mais comment réduire cet impact ? Le classement énergétique de votre logement peut d’ores et déjà vous donner les clés pour comprendre l’efficacité énergétique du bâtiment dans lequel vous vivez. Apprenons-en un peu plus sur les classes énergie et l’efficacité énergétique d’un bâtiment.

Le classement énergétique d’un bien immobilier, c’est quoi ?

Le classement énergétique d’un bien, c’est un système de notation de ce bien. Cette notation porte sur la consommation énergétique annuelle de la maison ou de l’appartement ainsi que sur ses émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Connaître le classement énergétique de son bien permet de chiffrer sa consommation énergétique et donc le montant approximatif de ses factures. Ça permet aussi, à l’entrée dans un nouveau logement notamment, d’estimer les travaux de rénovation à mener. Notons que depuis 2011, il est obligatoire d’afficher la classe énergie du logement dans les annonces immobilières.

Pour connaître le classement énergétique de son appartement ou de sa maison, il faut se référer au DPE, Diagnostic de Performances Energétique. La classe énergétique constitue en fait une synthèse des données recueillies lors du calcul du DPE.

Le DPE, indicateur indispensable d’efficacité et de classement énergétique

Le Diagnostic de Performances Energétique est l’un des diagnostics immobiliers désormais obligatoires, notamment dans le cadre d’une vente ou d’une mise en location immobilière (depuis 2007). Valable 10 ans, il témoigne du potentiel énergétique d’un bâtiment à un instant T.

Réalisé par un diagnostiqueur spécialisé, le DPE retransmet deux informations principales :

  • La consommation primaire d’énergie en kWh/m²/an en ce qui concerne le chauffage, la climatisation et l’ECS (eau chaude sanitaire). En 2021, la nouvelle version du DPE prend également en compte les consommations auxiliaires du logement (ventilation, éclairages…) ainsi que la qualité du bâtiment.
  • La quantité de CO2 rejetée en kg éq.CO2 m².an (GES – Gaz à effet de serre).

En fonction des données recueillies, le bien immobilier est ensuite associé à une étiquette énergie (A, B, C, D, E, F et G, correspondant à un palier de consommation d’énergie) ainsi qu’à une étiquette climat (ou classe GES).

Depuis le 1er juillet 2021, l’étiquette du logement est déterminée selon sa plus mauvaise performance, en énergie primaire ou en CO2 :

nouveau dpe

Comment calculer le classement énergétique de son logement ?

Il revient à un professionnel du DPE de dresser le diagnostic de votre logement. Auparavant, il existait deux méthodes de calcul historiques du DPE, ayant été définies en 2006 par l’ADEME.

  • La méthode dite conventionnelle (3CL = Calcul de la Consommation Conventionnelle des Logements),
  • La méthode sur factures (moyenne sur 3 années consécutives de factures).

Cette dernière a été révoquée au 1er juillet 2021 avec l’apparition d’un nouveau DPE. Désormais, seule la méthode conventionnelle est recevable, et s’appuie sur une appréciation de la qualité générale du bâtiment (isolation, menuiseries, système de chauffage…).

Quelle est la meilleure classe énergétique ?

La meilleure classe énergétique est A. Elle correspond à un bâtiment économe en énergie et à l’efficacité énergétique excellente, consommant moins de 50 kWh/an.

Généralement, ces bâtiments sont caractérisés par une isolation efficiente, par une installation de chauffage récente et donc par un confort thermique de qualité supérieure.

A contrario, les logements affublés d’une étiquette énergie F et G sont considérés comme des passoires thermiques. Autrement dit, leur efficacité énergétique est extrêmement basse du fait de déperditions thermiques trop importantes, entraînant un net inconfort thermique mais aussi des coûts élevés à l’usage.

Le coût annuel des consommations dans un logement de classe énergétique F ou G est estimé à plus de 2 550 €/an, soit 10 fois plus que dans un logement classé A (moins de 250 € annuels).

Sans surprise, il existe une corrélation directe entre la consommation énergétique d’un logement et son année de construction. Les logements à l’étiquette énergie A ou B sont en majorité les plus récents (construction après 2010). Les logements plus énergivores sont quant à eux construits avant 1950…

Comprendre et améliorer le classement énergétique de son logement grâce à l’audit énergétique

Si le DPE est un excellent indicateur d’efficacité énergétique globale au sens du bâti, il est parfois indispensable de creuser un peu plus pour comprendre quels sont les points forts et les points faibles de son logement. Existe-t-il des zones importantes de déperditions thermiques ? Où se situent-elles ? Devez-vous envisager une rénovation poste par poste, rénover globalement ou bien simplement orienter vos habitudes de consommation ?

L’audit énergétique permet d’apporter la réponse à toutes ces questions et constitue souvent le point de départ de travaux de rénovation énergétique.

Il consiste en un examen minutieux de votre logement et de vos consommations énergétiques par un auditeur expert (constitution du logement, performances des appareils, consommations énergétiques réelles…). La méthode TH-C-E-ex permet également à l’auditeur d’identifier très clairement les sources de déperditions thermiques du domicile.

Finalement, l’audit énergétique va plus loin que le DPE : il prévoit même des scénarios précis de travaux et divulgue de précieux conseils aux habitants pour optimiser leurs consommations énergétiques.

Performance énergétique

Combien coûte un audit énergétique ?

L’audit énergétique a un coût : entre 500 et 1 000 € en moyenne, dépendamment de la superficie à auditer et de votre zone géographique. Mais vous pouvez réduire ce coût en demandant une indemnisation dans le cadre de MaPrimeRénov’ (forfait compris entre 300 et 500 €) ou directement auprès de l’Anah.

Le bilan thermique du logement, un examen un peu différent de l’audit

Il existe bien des manières d’estimer l’efficacité énergétique de son bien immobilier. Le bilan thermique est aussi l’une d’entre elles ! Là où le DPE fournit un classement énergétique du logement et où l’audit dresse un constat énergétique global, le bilan thermique dresse la liste des ponts thermiques de l’habitation. Objectif ? Comprendre où se situent les failles énergétiques pour les combler et cesser de surconsommer, grâce à une analyse thermographique du bâtiment.

17 % des logements étaient considérés comme des passoires thermiques en 2020, selon une étude menée par le Ministère de la Transition Energétique.

Quelques données sur les classements énergétiques des biens Français

L’étiquette énergie moyenne en France est de 170 kWh/m² soit une classe énergétique D.

Fort heureusement, le nombre de DPE réalisés est en constante augmentation depuis 2013, mettant en évidence les biens à rénover en priorité. Simultanément, la législation se durcit pour les propriétaires de logements très énergivores, et le nombre d’aides financières pour l’amélioration de la classe énergétique de son logement se multiplie. De quoi permettre d’accélérer la mouvance en matière de transition énergétique…