L'énergie de tous les instants
Audit énergétique

Tout savoir sur l’audit énergétique

L’audit énergétique repose sur une analyse détaillée des données énergétiques de votre logement. L’auditeur mesure et analyse les données relatives à l’enveloppe du bâtiment, identifie les zones de déperditions thermiques de l’habitation ainsi que la nature et les performances des installations et équipements qui la composent. Son objectif ? Déterminer les actions d’efficacité énergétique à mener en priorité et en déduire plusieurs scénarios de rénovation argumentés et chiffrés permettant d’accroître les performances énergétiques et le confort thermique du bâtiment. L’audit énergétique se distingue du simple bilan thermique sur facture ou encore du Diagnostic de Performances Energétique (DPE) obligatoire, qui est un outil de classement énergétique. L’audit et un formidable outil d’aide à l’optimisation énergétique à destination des particuliers, mais aussi des entreprises. Découvrons ses spécificités.  

Les enjeux de l’audit énergétique 

Si vous vous demandez pourquoi réaliser un audit énergétique dans sa maison ou son appartement, sachez que la réponse est multiple. 

Nul doute aujourd’hui, que les travaux de rénovation énergétique en milieu résidentiel sont fortement déterminants dans la lutte contre le réchauffement climatique en France. Rénover votre isolation, opter pour un chauffage aux énergies renouvelables ou pour du double vitrage renforcé… tout ceci vous permet de conserver l’énergie au cœur de votre logement sans la gaspiller. Moins d’énergie consommée, c’est moins d’émissions de particules nocives et un habitat plus sain, confortable. La rénovation énergétique vous permet non seulement de réduire l’empreinte carbone de votre habitat mais aussi d’augmenter votre pouvoir d’achat ou de sortir d’une situation de précarité énergétique, le cas échéant. Inciter à la rénovation globale ciblée est d’ailleurs l’un des leviers d’action prioritaires du gouvernement dans le cadre de sa stratégie nationale bas carbone visant la neutralité carbone d’ici à 2050. 

La rénovation énergétique permet de réduire l’empreinte carbone du bâti, mais également de réduire le coût des factures d’énergie.

Mais alors, comment s’y prendre ? 

Constater l’usure de vos menuiseries et changer vos fenêtres, c’est bien. Mais savez-vous comment se portent l’isolation de votre toiture, votre système de ventilation ou votre chaudière au gaz ? Quelles actions ont réellement du poids en matière de confort thermique ? 

Le rôle de l’audit est justement de vous conseiller sur les travaux à impact. La qualité de conseil offerte par l’auditeur vous permettra de vous projeter plus facilement et surtout de franchir le pas d’un projet de rénovation (pas toujours facile). Mais ce n’est pas tout ! L’audit énergétique comprend aussi un panel de bonnes pratiques à mettre en œuvre pour développer des comportements écoresponsables en matière d’énergie.

Vous êtes guidé(e) à la fois à travers le rapport final et la prestation d’accompagnement du professionnel auditeur. Vous devrez certes débourser quelques centaines d’euros dans l’audit énergétique de votre bien, mais vous obtiendrez un solide bagage pour mener une rénovation énergétique efficiente à moindre coût, en menant exactement les actions d’efficacité énergétique dont votre bâtiment a besoin. 

En proposant non pas une, mais plusieurs actions d’efficacité énergétique concordantes, l’audit se situe dans la veine de la stratégie actuelle de l’Etat, laquelle a pour but de favoriser les rénovations à impact. L’ouverture de MaPrimeRénov’ rénovation globale, des CEE rénovation globale, d’un bonus en cas de changement d’étiquette énergie mais aussi la fin des offres à 1 € sur des opérations uniques confirme cet engagement d’inciter à la rénovation massive, efficiente. C’est d’ailleurs pour cela que l’audit énergétique est maintenant en partie financé par les dispositifs d’aide de l’Etat.

Les grandes phases de l’audit énergétique  

Comment faire un audit énergétique ? La mission de l’auditeur s’apprécie lors de 4 grandes phases. 

  • Collecte des informations nécessaires sur votre bien. En habitat individuel ou collectif, il vous sera demandé de fournir à l’auditeur les documents relatifs à l’enveloppe de votre bien, aux travaux déjà menés, aux matériaux utilisés ou encore vos factures d’énergie des dernières années. Déterminer le profil énergétique de votre bien commence par en apprendre les spécificités. 
  • Visite sur site et prises de mesures, modélisation du bâtiment. Chaque pièce de votre habitation (chauffée ou non) est passée en revue par l’auditeur. Installations et équipements seront contrôlés. Le but est d’identifier progressivement les faiblesses thermiques du logement, qu’elles soient relatives à une enveloppe mal isolée ou à un mauvais réglage de vos appareils de chauffage. La visite sur site est aussi l’occasion pour le professionnel d’en apprendre plus sur vos habitudes de consommation. 
  • Préconisations de travaux, sur la base des mesures et des calculs de consommation énergétique effectués. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la nature de ces préconisations peut varier : évolution des habitudes de consommation, réglages d’un appareil, changement du système de ventilation ou bien réfection plus globale, hierarchisée. Quoi qu’il en soit, le professionnel évalue le gain énergétique potentiel des actions qu’il va vous proposer : un essentiel pour déterminer si votre investissement en vaut la peine. 

Finalement, combien de temps dure un audit énergétique ? En maison individuelle, il faut compter plusieurs heures de visite et quelques jours d’analyse. On estime généralement la durée totale d’un audit énergétique en maison individuelle à 2 semaines. En habitat collectif ou en entreprise, ce délai s’échelonne en mois (dépendamment du nombre de lots et bâtiments). 

Un audit énergétique dure en moyenne 2 semaines pour une maison individuelle, et 1 mois pour un habitat collectif ou une entreprise.

A lire également : Budget et financement de l’audit énergétique

Quelles données contient l’audit énergétique ? 

L’audit énergétique doit mentionner les consommations d’énergie des cinq usages principaux : chauffage, ECS, refroidissement, éclairage et ventilation, rapporté à la surface hors d’œuvre nette, pour définir le classement énergétique du bien.  

L’audit a également vocation à analyser les consommations réelles du bâtiment et ses émissions dans leur globalité. L’auditeur peut pour cela se baser sur des données standards comme rapportées par l’ADEME notamment. 

Données standards de l’ADEME utilisées dans les audits énergétiques
Type d’énergie Emissions de CO2 (g/kWh)
Fioul 266
Fioul lourd 281
Gaz naturel 198
Propane 252
Charbon 356
Bois 0 (du fait de l’absorption de CO2 en croissance de l’arbre)
Réseau de chaleur 130
Électricité (pointe) 557
Électricité (normale, issue du nucléaire) 76

Enfin, l’auditeur se base également sur des indicateurs de performance énergétique (IPE) de comparer et de suivre la performance énergétique du bâtiment. 

Comment sont structurées les propositions de travaux ? 

Une fois les actions de performance énergétique identifiées, l’auditeur doit classer ces interventions en fonction de : 

  • L’état du bâtiment ou de l’équipement concerné. Changer une chaudière très vétuste peut s’avérer une priorité, là où d’autres équipements peuvent “attendre”. 
  • Le coût des interventions et leur retour sur investissement
  • Les aides financières disponibles

Tous les scénarios doivent ensuite intégrer la consommation d’énergie primaire rapportée à la SHON pour les cinq usages, la consommation annuelle totale d’énergie primaire du bâtiment, la nouvelle étiquette énergétique mais aussi le coût total du scénario et l’estimation des économies d’énergie en énergie primaire et en euros. 

Qui réalise l’audit énergétique ?  

L’audit énergétique est un bilan thermique poussé et réglementé. Tout le monde ne peut pas s’improviser auditeur. Celui-ci dispose d’une compréhension affinée mais globale sur le bâti et son impact énergétique, sait manier les différents outils de mesure et de modélisation et utiliser les logiciels d’analyse énergétique. Qui peut réaliser l’audit énergétique ? Plusieurs spécialistes peuvent supporter ce rôle : 

Audit énergétique professionnel
Professionnel RGE, architecte ou bureau d’études thermiques : voici les professionnels habilités à réaliser un audit énergétique.
  • Le professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) certifié en Etudes Thermiques, 
  • L’architecte inscrit à l’ordre des architectes et ayant suivi une formation d’audit énergétique d’au moins 4 jours, 
  • Le bureau d’études thermiques certifié. 

L’audit énergétique est-il obligatoire ? 

Quand faire un audit énergétique ? Dans certains cas, ce bilan sera obligatoire. C’est le cas si vous comptez mettre en vente ou en location un logement qualifié de passoire thermique (classé F ou G sur l’étiquette actuelle du DPE). Cette mesure vise à inciter les propriétaires à entamer rapidement une réfection de leur habitat et/ou à informer les futurs occupants des frais à prévoir dans le bien.  

L’audit énergétique est également obligatoire dans le cadre d’un projet de rénovation globale, si vous souhaitez prétendre à une aide financière comme MaPrimeRénov’. L’audit servira alors à planifier votre rénovation mais aussi à valider le potentiel d’amélioration énergétique du projet. Une rénovation globale n’est indemnisée que si elle permet un gain énergétique d’au moins 35 %… 

D’ici les prochaines années, audit et DPE ont vocation à prendre de plus en plus de place dans le panorama immobilier, notamment l’audit énergétique obligatoire en 2022. Pour l’heure, l’audit énergétique réglementaire est uniquement obligatoire dans les cas précités

L’audit énergétique en copropriété 

Le prix d’un audit énergétique en copropriété s’échelonne généralement entre 1 000 € et 10 000 € dépendamment de l’ampleur de l’analyse à effectuer.

L’audit énergétique en copropriété est souvent plus complexe à réaliser qu’un audit énergétique chez un particulier en maison individuelle du fait de la superficie à couvrir mais aussi de la nature des éléments à considérer. Plusieurs réunions en amont de conception seront souvent nécessaires avec le syndicat de copropriétés pour bien définir le besoin et recueillir les documents nécessaires à l’analyse de l’auditeur. Un questionnaire sera notamment envoyé par courrier simple à l’ensemble des occupants de la copropriété pour recueillir un maximum de données sur le profil énergétique de la copropriété. 

Une fois sur place, l’auditeur visite l’extérieur, la chaufferie, les parties communes ainsi que plusieurs lots à caractéristiques différentes (un échantillon). Les planchers hauts et bas, les murs, les équipements et installations ainsi que les ouvertures sont analysées et des mesures thermiques et d’étanchéité réalisées. Comme chez un particulier, la visite s’effectuera en priorité tôt le matin durant la période de chauffe. 

Et en entreprise ? 

En entreprise, l’audit énergétique est quasiment similaire, à cela près qu’il est désormais obligatoire pour les grandes entreprises de plus de 250 salariés et déclarant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros. 

Ceci peut également vous intéresser :