L'énergie de tous les instants
Lire un DPE

Comment lire un DPE ?

Le Diagnostic de Performances Energétiques est un document réglementaire obligatoire dans le cadre d’une transaction immobilière. Il apporte de précieuses informations à l’occupant sur les consommations énergétiques de son bien, son coût d’usage, ses atouts et ses défauts à l’échelle thermique. Réinventé progressivement suite aux dispositions prises par la loi Elan de 2018, le nouveau DPE applicable au 1er juillet 2021 est plus lisible et comporte désormais un panel de nouvelles rubriques qu’il vous faudra comprendre. Comment bien lire un DPE ? Voici de quoi vous aider.

Comment lire le nouveau DPE ?

La nouvelle version du DPE comprend plus ou moins une dizaine de pages, dont deux à trois pages de recommandations et quelques pages d’annexes. La longueur du DPE dépend bien évidemment des constatations faites sur le bien. Ainsi, un DPE sur un logement déjà énergétiquement efficient sera moins long que le DPE d’un logement énergivore. Détaillons l’ensemble des rubriques du DPE pour faciliter votre lecture.

La performance énergétique et climatique globale du logement

La nouvelle étiquette énergie du DPE ressemble en tous points à l’ancienne, si ce n’est que les seuils de consommation ont été réévalués et que l’étiquette climat est maintenant indissociable de l’étiquette énergétique globale.

L’objectif de cette rubrique est de comprendre quel est le profil de votre bien en le classant en fonction de ses consommations énergétiques et de ses émissions de gaz à effet de serre. La suite du DPE vous fournit ensuite des informations plus précises sur chaque poste de consommation et sur la façon d’améliorer le classement énergétique global de votre bien, maison ou appartement.

Etiquette énergie nouveau DPE

Plus votre logement est énergivore, moins bonne sera votre note. Les logements classés F ou G sont d’ailleurs considérés comme des passoires thermiques, des biens pour lesquels les factures énergétiques oscilleraient autour de 300 €/mois. A contrario, les logements A ou B sont considérés comme des bâtiments basse consommation, déjà efficients (cela ne veut pas dire qu’aucune action d’amélioration ne doit être mise en place).

A titre indicatif en France, l’étiquette majoritaire du DPE est D. Un classement en-deçà de D doit vous alerter sur les failles énergétiques évidentes de votre logement : des travaux sont à prévoir.

Estimation des coûts d’usage de votre logement

Quoi qu’il en soit, une échelle de valeur vous informe sur les coûts globaux qu’engendre votre bien en fonction de ses consommations énergétiques. Attention, il s’agit bien d’une estimation, qui ne peut être comparée précisément à vos factures réelles.

estimation des coûts annuels DPE

En page 3 du DPE, retrouvez le détail de cette consommation par usage. Le poste de consommation le plus déterminant sera toujours le chauffage. Mais sa part dans les consommations totales dépend de l’énergie utilisée : biomasse, électricité ou encore fioul.

Consommations d'énergie

Cette rubrique est suivie de recommandations très concrètes et chiffrées pour diminuer vos consommations : réduire la température de chauffe, installer des robinets thermostatiques… Il s’agit généralement de bons gestes faciles à mettre en pratique chez vous.

Vue d’ensemble de la performance de l’enveloppe et des équipements de votre logement

Les premières informations du DPE concernaient la performance de votre logement au sens large. La seconde partie du diagnostic, vous informe quant à elle sur les spécificités de chacun des éléments de votre domicile. Sur la base de ces éléments, le diagnostiqueur rédige ensuite une série de recommandations de travaux ainsi qu’un ordre de priorité à respecter. Apprendre à lire et à analyser ces informations vous sera d’une grande utilité : il s’agit de l’une des principales valeurs ajoutées du DPE puisqu’elle vous informe sur la façon de réduire véritablement vos consommations énergétiques pour chaque usage.

L’isolation du bâtiment

Puisque l’isolation est bien souvent le type de travaux prioritaire à mener, l’analyse débute par une évaluation de l’enveloppe du logement. A l’aide de la colonne “isolation” et des couleurs, comprenez rapidement où se situent les déperditions énergétiques de votre logement.

Dans le cas de figure ci-après, le diagnostic a montré une isolation insuffisante en toiture, confirmée par le schéma de déperditions de chaleur présent en page 2. Le diagnostiqueur y mentionne qu’environ 34 % de l’énergie du logement s’échappe effectivement par la toiture. Il y a donc fort à parier qu’il faudra la rénover.

Déperditions de chaleur

A titre d’information, le diagnostiqueur se base sur des seuils prédéfinis d’efficacité énergétique pour l’isolation. Par exemple, une isolation des murs est jugée très bonne si elle a une résistance thermique inférieure à 0,3 W/(m².K) et moyenne lorsqu’elle est comprise entre 0,45 et 0,65 W/(m².K).

Les équipements

Cette rubrique contient un premier tableau nommé “vue d’ensemble des équipements”. Celui-ci ne vous sera pas d’une grande utilité : il traduit factuellement la nature de vos installations. Pour bien lire cette partie du DPE, il faut surtout vous référer au tableau de recommandations suivant et aux indications explicites décrites dans la partie “type d’entretien”. Ci-dessous, un exemple de recommandations par usage.

Recommandations gestion et entretien du chauffage

Recommandations globales et scénarios de travaux de rénovation énergétique

Mise à part si votre logement est classé A ou B sur l’étiquette de performance énergétique, il y a fort à parier que vous ne deviez réaliser des travaux de réfection de votre habitat. En page 5 du DPE, retrouvez deux types de scénarios de rénovation.

  • Le premier scénario concerne les travaux essentiels à mener pour combler les déficiences énergétiques de votre habitation. Généralement, ce type de travaux vous permettra de gagner une à deux lettres sur l’étiquette énergie. Il s’agit aussi du scénario le moins cher.
Travaux de rénovation
  • Le second scénario est le plus ambitieux et le plus efficace : il cible l’ensemble des travaux d’amélioration de la performance énergétique et permet donc d’améliorer drastiquement le classement du bien en portant sa note à A ou B.
Travaux à envisager

Vous n’avez pas l’obligation de réaliser l’ensemble de ces travaux. Toutefois, votre investissement sera sans aucun doute vite rentabilisé, puisque :

  • Vous pouvez bénéficier d’aides financières en compensation et en financement de ces travaux (éco-prêt à taux zéro, TVA réduite, prime CEE, chèque énergie et MaPrimeRénov’ notamment).
  • Vous réduisez drastiquement vos consommations d’énergie et donc votre facture mensuelle, parfois du simple au triple.
  • Vous valorisez votre patrimoine immobilier via une rénovation efficiente et pouvez donc vendre ou louer à un prix plus élevé et/ou réduire grandement la marge de négociation.

Avant de vous décider, consultez les graphiques d’évaluation de la performance après travaux en page 6 pour constater par vous-même l’évolution de vos consommations après travaux. Tentant, n’est-ce pas ?

Les annexes

Les annexes vous concerneront peu dans le cadre de votre lecture du DPE. Elles ont surtout pour but de valider la fiabilité des informations inscrites par le diagnostiqueur.

Les annexes comportent effectivement des explications personnalisées sur les données recueillies sur le bien, leur origine (donnée observée/mesurée, donnée en ligne ou encore donnée fournie par le propriétaire) et leur valeur. Sont détaillées en annexe les informations générales du logement (type de bâtiment, année de construction, nombre de niveaux, hauteur sous plafond…) mais aussi les données liées à :

En cas de doute ou de difficultés à bien lire le DPE, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel diagnostiqueur et/ou à un professionnel du bâtiment.
  • L’enveloppe du bâtiment : chaque mur, plancher, plafond, fenêtre, porte ou encore pont thermique doit être renseigné à titre individuel et ses données retranscrites (type d’isolation, état de l’isolant et résistance thermique, épaisseur de mur, type de vitrage, épaisseur de la lame d’air, longueur du pont thermique, etc.).
  • Les équipements : ventilation, chauffage, eau chaude sanitaire ainsi que leurs caractéristiques (type d’installation, d’émetteur, de régulation, année d’installation…).

Besoin de vous entraîner à lire un DPE ? Consultez cet exemple officiel de DPE fictif portant sur une maison individuelle de 150 m² et construite en 2003.

Ceci peut également vous intéresser :